VISA peu l'administration indienne...

Publié le par Antoine

Apres deux semaines "saucisson-vin rouge" me voici de retour au "samosa-tchai"...

Le retour aura ete haut en couleur. Depuis peu, l'ambassade d'Inde en France a decide d'informatiser l'impression des visas (enfin!?). Du coup, seulement 75 Visas seront delivres chaque jour (curieux pour un changement sense accelerer la procedure). On se retrouve alors dans la situation d'une vente de billet pour un derby Lille-Lens : premier arrive, premier servi! C'est donc apres une bonne soiree, vers 3h du matin, que je me suis pointe a l'ambassade, et deja 5 personnes devant moi! A 6h les 75 heureux elus etaient la, a 10h30 j'ai eu mon ticket pour revenir le soir chercher mon visa.

La nuit fut looooooongue, et froide. Le sol gele empeche de s'assoir. Alors on discute entre futurs voyageurs. On se raconte des histoires a dormir debout (tant qu'a faire!), et on crache sur l'administration indienne, ca rechauffe!

 

 

Pauline (1ère arrivée: 00h30) qui espère avoir son Visa pour partir le lendemain, et Guillaume, un "queue man" qui paye son café-croissant.

 

 

 

 

A l'aeroport, pas mieux. Les nouvelles mesures anti terreure sont terrorisantes. Plus de liquides acceptes en cabine (ou bien dans un-petit-sachet-transparent-de-un-litre). Resultat, les agents de securite me refusent categoriquement mes conserves de cassoulet et mes 2Kg de gruyere. Le cassoulet peut etre explosif, certes... mais le gruyere, là quand même, faut pas pousser!!

Je suis depite, abattu, decompose. Pourquoi le monde est-il si cruel?

Je ne peux me resoudre a me separer de ces precieux colis. Je retourne alors au bureau d'enregistrement... 

                                   ...Un jour, un sportif Indien à dit: "Impossible is nothing"...

...et finalement, après de longues argumentations accompagnées d'un flot de larmes bien salées, me voici avec deux sacs en soute: un pour mes vetements, et un pour mon cassoulet-gruyere... VICTOIRE!

Publié dans antoinecarrier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article